AHAVA

Ahava, c’est l’amour. Lééhov, c’est aimer.

Pour exprimer l’action de s’éprendre, de tomber amoureux, l’hébreu utilise d’une manière surprenante, la forme possessive de léhit-ahev. Pour exprimer l’état amoureux vis-à-vis d’un tiers, le verbe hébraïque nous montre qu’il ne s’agit ni plus ni moins que de « s’aimer à soi ».

Être amoureux serait en premier lieu une auto satisfaction ! La tradition juive le savait, bien avant la psychologie moderne.

Nos sages aiment à utiliser la guématria, une science où la lettre et le chiffre se confondent afin d’offrir de nouvelles sémantiques. L’hébreu c’est aussi cela, une profonde intimité entre la qualité – la lettre – et la quantité – le chiffre.

Notre mot d’aujourd’hui, ahava, l’amour, a une valeur numérique de 13. Un, é’had, a aussi la valeur numérique de 13. Comme pour nous dire que l’amour se réalise à travers l’union de deux êtres qui rêvent de devenir un.

Faisons la somme de l’amour et de l’union, de ahava et de é’had, nous obtenons 26, qui est la valeur numérique du Nom divin, passionnant n’est-ce pas !

Faisons la somme maintenant de l’amour, de l’union et du Nom de D.ieu, nous obtenons 52, valeur numérique de ben, un enfant, un fils.

Ben, un enfant, un fils, qui a la même racine hébraïque que le verbe construire, livnot.

 

Les mots de « La minute d’hébreu »

Amour ahava אהבה
Aimer, apprécier lééhov לאהוב
S’éprendre, tomber amoureux léhit-ahev להתאהב
Un é’had אחד
Enfant, fils ben בן
Construire livnot לבנות

Photo : Or Pashut –  www.orpashut.com