BILBOUL

Savez-vous qu’il existe une relation entre bilboul, qui en hébreu veut dire la confusion –  dérivé du verbe lévalbel, embrouiller, confondre – et la ville de Babel qui, dans la Bible, désigne à la fois la ville de Babylone, le lieu où a été élevée la Tour de Babel, et le pays tout entier, la Babylonie ?

Dans le Livre de la Genèse, le nom akkadien de Babel, désigne le lieu où D.ieu balal,  a mélangé, malaxé, confondu, embrouillé, brassé toutes les langues de l’humanité :

 

Hava, nèrda, venavela cham sefatam : « Or çà, paraissons! Et, ici même, confondons leur langage » (Genèse 11, 7)  הָבָה, נֵרְדָה, וְנָבְלָה שָׁם, שְׂפָתָם

 

C’est pourquoi on la nomma Babel, parce que là le Seigneur confondit le langage de tous les hommes. (Genèse 11, 9) עַל-כֵּן קָרָא שְׁמָהּ, בָּבֶל, כִּי-שָׁם בָּלַל יְהוָה, שְׂפַת כָּל-הָאָרֶץ

 

Or Onkelos, l’auteur du Targoum araméen du Pentateuque, traduit ici le verbe balal (mélanger, malaxer) par le verbe araméen bilbel, qui a le sens de confondre, mêler, embrouiller.

Dans l’hébreu de la Michna, le verbe araméen a été adopté avec son dérivé bilboul : confusion, à la fois désordre matériel et confusion mentale.

 

Les mots de « La minute d’hébreu » 

Confusion bilboul בלבול
Confondre lévalbel לבלבל
Mélanger, malaxer, brasser balal בלל
Rendre confus, confondre, mêler, embrouiller bilbel בלבל

Peinture :  The Tower of Babel, Tobias Verhaecht