CAPHARNAÜM !

« Combien de fois avez-vous entendu, durant votre enfance, vos parents vous dire : “Range ta chambre, c’est un vrai Capharnaüm !” ? » Ce mot de Capharnaüm est utilisé en français pour qualifier un lieu de grande pagaille, renfermant beaucoup d’objets entassés pêle-mêle.

Et pourtant il n’est pas sûr que vos parents connaissent l’origine de cette expression.

Capharnaüm est un village de pêcheurs situé aux abords du lac Tibériade, Kfar Nahum, littéralement le village de Na’houm. Kfar, village, un village où l’on peut encore aujourd’hui admirer les mosaïques de l’ancienne synagogue.

Selon la tradition chrétienne, à Kfar Na’hum, Jésus recevait les malades et les pauvres pour les guérir ou leur apporter du réconfort. En effet na’houm vient de la racine ni’ham qui a donné en hébreu le verbe léna’hem consoler ou le substantif né’hama, dont le sens est : consoler, réconforter.

Mais comment Capharnaüm, Kfar Nahum est-il devenu le synonyme d’un endroit en désordre ou rempli à ras-bord d’objets ? Les linguistes donnent plusieurs explications. La première se réfère au texte de l’Évangile selon Marc qui dit qu’une foule nombreuse se rassembla devant la synagogue et qu’il ne restait aucune place. La seconde se fonde sur l’idée que Capharnaüm était une ville commerciale qui attirait beaucoup de monde et où régnait une certaine confusion.

Un conseil pour les enfants dont les chambres sont en désordre, dites à vos parents que Capharnaüm est un lieu de consolation, selon les sources hébraïques et vos parents vous laisseront tranquilles !

 

Les mots de « La minute d’hébreu »

Village kfar כפר
La consolation né’hama נחמה
Consoler léna’hem לנחם

Crédit Photo : Israel Ministry of Tourismwww.goisrael.com, Itamar Grinberg