CHIN GUIMEL

En Israël, tout jeune de 18 ans doit faire l’armée (trois ans pour les garçons et 24 mois pour les filles). L’armée est une source inépuisable de néologismes, de sigles, d’abréviations et tout particulièrement d’argot, le « slang » comme on dirait ici.

J’ai repéré entre autres, le Chin guimel, deux lettres de l’alphabet hébraïque. Chin initiale de chomer signifie en français « garde » ou « gardien » et guimel initiale de guédoud, bataillon en français. En un mot, il s’agit de la « sentinelle », le poste le plus bas, le plus modeste, dans la hiérarchie militaire.

Mais le Chin guimel a surtout un tout autre sens, on l’accuse de tous les maux. On lui fera endosser toute défaillance, toute erreur, toute faute d’un gradé et surtout d’un haut gradé. Ce qui nous ramène au terme français « le lampiste », le bouc émissaire ou même le pigeon !

Le Chin guimel.

Les mots de « La minute d’hébreu »

Le lampiste chin guimel שין גימל – ש’’ג
Garde chomer שומר
Bataillon guédoud גדוד

Crédit Photo : Porte-Parole de Tsahal