HILOULA

Hiloula vient de la racine halel. Halel exprime à la fois la joie et la crainte de D.ieu. C’est la prière du halel que l’on chante, les jours de fête juive.

En hébreu moderne, léhalel michéhou signifie complimenter, faire des louanges sur une personne. Léhalel, complimenter michéhou, quelqu’un. Léhalel michéhou.

On retrouve ces lettres dans la racine du mot connu de tous les citoyens du monde, Halélouya.

À l’époque talmudique, le terme araméen de Hiloula désignait une grande joie et notamment celle du mariage. Etrange n’est ce pas, la Hiloula associée à la joie, au mariage ! Car la Hiloula désigne aussi le jour de la commémoration de la disparition d’un Sage, comme la Hiloula de Rabbi Chimon bar Yochaï, le jour de Lag Baomer.

Ce double emploi du mot Hiloula n’est pourtant pas fortuit. Dans la tradition kabbaliste et hassidique, le jour de l’anniversaire de la mort d’un grand Sage est aussi un moment de joie. Ce jour-là, l’âme du Sage s’élève dans les Cieux. Et du haut des Cieux, le Sage bénit les hommes et les femmes qui fêtent la Hiloula.

La hiloula des mariages talmudiques, la Hiloula d’un Sage, léhalel michéhou, la prière du halel. Halélouya !

 

Les mots de « La minute d’hébreu »

Jour de commémoration de la disparition d’un Sage hiloula הילולה
Prière des jours de fête halel הלל
Complimenter léhalel להלל
Halélouya halélouya הללויה
Quelqu’un michéhou מישהו