LEHARIM YADAYIM

La première fois que j’entendis l’expression Léharim yadayim, j’ai aussitôt pensé au fameux « haut les mains » des westerns américains ! Léharim, lever, yadayim les mains, yad, main, yadayim, mains au pluriel. Léharim yadayim.

Eh bien non, en français, nous dirions le contraire « baisser les bras », c’est-à-dire abandonner la lutte, renoncer à l’action, démissionner. C’est une métaphore liée à la boxe où le boxeur qui n’a plus la force de lever les bras pour se protéger et se défendre, finit par baisser les bras.

À l’opposé Al tarim yadayim. Al, exprime la négation, Al tarim, ne lève pas, Al tarim yadayim, en français, « ne baisse pas les bras », est un encouragement à ne pas abandonner, à ne pas se décourager ; tout espoir est permis. Al tarim yadayim. Comme quoi, d’une langue à l’autre ou d’une culture à l’autre, les choses ne sont pas perçues de la même façon.

Les mots de « La minute d’hébreu »

Crédit Photo : stocksnap.io

 

Baisser les bras, abandonner, démissionner. léharim yadayim להרים ידיים
Lever léharim להרים
Ne lève pas al tarim אל תרים
Main yad יד
Mains yadayim ידיים
De belles mains

Attention : le mot est féminin comme la plupart des parties du corps

yadayim yafot ידיים יפות