MA’HALA

En hébreu, le mot ma’hala, maladie, est porteur d’énergies négatives et positives.

Dans ma’hala, maladie, il y a les lettres du mot ‘hol, « le profane », où le malade est déconnecté du sacré et de la Source de vie.

Il y a aussi, le mot lé’hima, « la lutte », qui engendre stress et déceptions.

Dans ma’hala, il y a aussi les lettres de méla’h, « le sel », l’ingrédient qui en quantité excessive détruit les aliments.

‘Hol-profane, lé’hima-lutte, méla’hsel, La démesure dans l’expression de nos dimensions intérieures est cause d’un grand nombre de maladies, de ma’halot, ma’hala, au singulier, ma’halot, au pluriel.

Cependant, le terme ma’hala est aussi porteur d’énergies positives.

Dans ma’hala, il y a le mot guérison, ha’hlama, pour nous indiquer que la maladie peut devenir guérison. Dans ma’hala il y a le mot rêve, ‘halom, car sans le rêve on s’enferme dans la maladie. Dans ma’hala, il y a le mot pardon, mé’hila, car la capacité de demander pardon ouvre la voie vers la bénédiction. Il y a également le mot, chaleur, ‘hom ou ‘ham, car la vie est chaleur. Et aussi, le mot danse, mé’hol car la joie, la musique sacrée, le mouvement sont des outils de guérison.

Ma’hala, maladie, ha’hlama, guérison, ‘halom, rêve, ‘hom, chaleur, mé’hol, danse.

mé’hila, pardon.

L’hébreu nous invite à transformer les énergies négatives en énergies positives afin de guérir !

Les mots de « La minute d’hébreu »

Maladie ma’hala מחלה
Guérison ha’hlama החלמה
Rêve ‘halom חלום
Chaleur ‘hom חום
Danse mé’hol מחול
La lutte lé’hima לחימה
Profane ‘hol חול
Sel méla’h מלח

Crédit Photo : Hôpital Bikour Holim, Jérusalem – 1930 – Pikiwiki Israel