MAYIM

La minute d’hébreu avec au micro aujourd’hui, Francine Kaufmann, pour vous parler  de mayim, l’eau.

Savez-vous que la consonne mèm dans l’alphabet proto-hébraïque, a la forme d’une ondulation, d’une vague, évoquant l’eau : mayim ?!

Ce précieux liquide est mentionné près de six cents fois dans la Bible. Malgré sa forme plurielle, ou plus exactement duelle, mayim n’exprime pas une idée de dualité. Il en va de même pour d’autres mots abstraits à la forme grammaticale du ‘duel’ (suffixe -ayim au lieu de -im): ‘hayim : la vie, chamayim : le ciel.

Rachi évoque une étymologie populaire de chamayim le ciel, les cieux, incluant l’eau. Cham : là-bas, mayim : il y a de l’eau.

En forme construite, c’est-à-dire, lorsque le substantif est suivi d’un complément d’objet, mayim devient . Et l’on parle dans la Bible de mé hamaboul : l’eau du déluge ; mé yam : l’eau de mer ; mé habéèr : l’eau du puits.

Il existe une seconde forme construite, poétique, où la consonne mem est redoublée. Et l’on aura ainsi : mémé haYardèn : l’eau du Jourdain ; mémé Mitsrayim : les eaux de l’Égypte. On peut encore retrouver cette forme dans la poésie israélienne moderne.

Quant à l’eau fraîche, l’eau douce, elle est appelée mayim ‘hayim, de l’eau vivante, ou vive. C’est tout de même plus beau qu’en français !

 

Les mots de « La minute d’hébreu »

L’eau mayim מים
Consonne mem mem מם
Vie ‘hayim חיים
Ciel, cieux chamayim שמיים
Là-bas cham שם
Les eaux du déluge mé hamaboul מי המבול
L’eau de mer mé yam מי ים
L’eau du puits mé habéèr מי הבאר
Les eaux du Jourdain mémé hayarden מימי הירדן
L’eau fraîche, l’eau vive mayim ‘hayim מיים חיים

 

La minute d’hébreu est sponsorisée par le KKL.

Photo : Roni Benari – www.ronibenari.com