MONIT

Dans la Palestine mandataire, on hélait ainsi un taxi : « Taxi », « Taxi » !

L’hébreu israélien s’est empressé de remplacer « taxi » par le néologisme : monit qui s’est définitivement imposé.

Monit est dérivé de moné, le « compteur », par référence à la création du néologisme « taxi » abréviation de « taximètre ». Le Taxameter allemand avait été en 1890 le premier compteur conçu pour déterminer la somme à payer (taxe) par le passager d’un véhicule en fonction de la distance et de la durée du trajet mesurée par le compteur (-mètre). Le français puis l’anglais l’avaient emprunté sous la forme « taximètre ». L’hébreu reprend le concept de « compteur », avec le suffixe fréquent : -ite.

En hébreu moné et monit viennent du verbe biblique limnot « compter », « dénombrer ».

De la même racine, minyan est le nombre requis pour effectuer un office public : le quota de dix hommes.

Lémanot signifie dans le Talmud « nommer », élever quelqu’un à une fonction, à une dignité religieuse. Notre moderne minouï politi est une « nomination politique ».

Mais minouï signifie aussi « abonnement », puisque « l’abonné », ou manouï, paye une redevance pour léhimanot, pour « compter parmi » les clients d’un service.

 

Les mots de « La minute d’hébreu »

Taxi monit מונית
Compteur moné מונה
Compter, dénombrer limnot למנות
Quota de dix hommes minyan מנין
Nommer, élever quelqu’un à une fonction, à une dignité religieuse lémanot למנות
Nomination politique minouï politi מנוי פולטי
Abonnement minouï מנוי
Abonné manouï מנוי
Compter parmi léhimanot להמנות

Photo : Gratisography