TÉ’OUDAT ZÉHOUT

En s’installant en Israël tout nouvel immigrant reçoit, une té’oudat zéhout, une « carte d’identité ».

Té’ouda, carte est un mot dérivé de ‘èd, « témoin ». Parce que une té’ouda est un document qui porte « témoignage », ‘édout. La té’ouda peut être aussi un diplôme, un certificat, une attestation.

Le substantif zéhout, « identité », désigne à la fois ce qui qualifie l’appartenance, zéhout yéhoudit : une « identité juive », mais aussi ce qui est « identique » : zéhé.

Le processus qui permet d’identifier quelqu’un est le zihouï.

Les mots zéhout, zihouy et zéhé sont des dérivations modernes du pronom démonstratif qu’on trouve abondamment déjà dans la Bible :  : ce, ceci.

Ces néologismes suivent la même logique qu’en français où les mots « identité », « identique » et « identification » dérivent de l’adverbe : « idem », lui-même dérivé du pronom latin is, ea, id. Au neutre, Id signifie : « ce », « celui ».

Té’oudat est la forme construite de té’ouda, suivie de son complément d’objet : zéhout.

Té’oudat zéhout, une « carte d’identité ».

 

Les mots de « La minute d’hébreu » 

Carte d’identité té’oudat zéhout תעודת זהות
Diplôme, certificat, attestation té’ouda תעודה
Témoin ‘èd עד
Témoignage ‘édout עדות
Identité zéhout זהות
Identification, processus qui permet d’identifier zihouï זהוי
Identique zéhé זהה
Ce, ceci זה
Identité juive zéhout yéhoudit זהות יהודית