YAD VASHEM

Vous avez peut-être déjà visité à Jérusalem Yad Vashem, le mémorial de la Shoah, situé sur le flanc ouest du Mont Herzl, dans la forêt de Jérusalem.

Devenu en 1953 institution nationale du Souvenir de la Shoah, il a emprunté son nom à un verset du prophète Isaïe, dans lequel Dieu promet un mémorial, yad : littéralement une main, au sens figuré : un mémorial, un monument, ainsi qu’un nom : chèm, c’est-à-dire un renom, une renommée, à tous ceux qui garderont Son alliance. Un chèm ‘olam, une mémoire éternelle, ancrée dans l’espace et dans le souvenir, même s’ils sont stériles et donc sans enfants pour assurer leur pérennité, comme le sont les eunuques :

« À eux, J’accorderai, dans Ma maison et dans Mes murs, un monument (yad), un titre (chèm) qui vaudra mieux que des fils et des filles ; Je leur accorderai un nom éternel (chèm ‘olam), qui ne périra point. » (Isaïe 56, 5)

 

וְנָתַתִּי לָהֶם בְּבֵיתִי וּבְחוֹמֹתַי, יָד וָשֵׁם–טוֹב, מִבָּנִים וּמִבָּנוֹת: שֵׁם עוֹלָם אֶתֶּן-לוֹ, אֲשֶׁר לֹא יִכָּרֵת

 

Il existe d’autres traductions que celle de la Bible du Rabbinat. Voici la traduction de Louis  Segond :

Je donnerai dans ma maison et dans mes murs une place et un nom préférables à des fils et à des filles ; je leur donnerai un nom éternel qui ne périra pas.

Et voici la traduction d’André Chouraqui

Je leur donne en ma maison, en mes remparts, la main et le nom, mieux que des fils et des filles. Je leur donne un nom de pérennité qui ne sera pas tranché.

 

Après la Shoah, l’État d’Israël moderne a utilisé ces versets millénaires, pour désigner, le mémorial de la Shoah, Yad Vashem.

Yad, une main, un mémorial, chèm, un nom, chèm ‘olam un nom éternel, Yad Vashem.

 

Les mots de « La minute d’hébreu » 

Main yad יד
Nom chèm שם
Nom éternel, mémoire éternelle chèm ‘olam שם עולם
Un mémorial et une renommée, un monument et un titre yad vachèm יד ושם

Photo : Courtesy Yad Vashem (The Hall of Names at Yad Vashem).