YÉROUCHALAYIM

Le nom de Jérusalem figure 656 fois dans la Bible hébraïque. Cela prouve bien son importance. Or son nom hébraïque, Yérouchalayim est rempli de significations quasi messianiques.

Je remarque qu’il est formé de deux segments : Yérou et Chalem.

Chalem, c’est facile à expliquer. Il s’agit d’abord d’un lieu en Canaan dont le roi était  Melchisédec, Mélekh Chalem, roi de Salem.

La Genèse raconte en effet que lorsqu’Abraham remporta la victoire sur les rois coalisés qui avaient fait prisonnier son neveu Loth, Melchisédec (que la tradition identifie à Sem, fils de Noé) vint à sa rencontre pour le saluer :

 

« Melchisédec, roi de Salem, apporta du pain et du vin : il était prêtre du Dieu suprême. » (Genèse 14, 18)

 

Nahmanide explique que Salem / Chalem, c’est Jérusalem, comme il est écrit dans les Psaumes :

 

Son tabernacle est à Chalem et Sa demeure à Sion. (Tehilim 76, 3)

 

וַיְהִי בְשָׁלֵם סוּכּוֹ; וּמְעוֹנָתוֹ בְצִיּוֹן.

תהילים עו, ג

 

Mais chalem en hébreu signifie aussi complet, entier. Et ses consonnes sont aussi celles du mot chalom : la paix. Jérusalem est la ville du chalom, de la Paix, de la sérénité, de l’accord avec soi-même et avec les autres.

D’où vient alors le préfixe yérou ? Du nom donné par Abraham au Mont Moriah, l’un des sommets de Chalem où il avait failli sacrifier Isaac. Abraham dénomma cet endroit : Adonaï-Yir-é, littéralement l’Éternel y pourvoira.

Yir-é est le futur du verbe lir-ot, voir.

 

« Abraham dénomma cet endroit : Adonaï-Yir-é ; d’où l’on dit aujourd’hui : “Sur le mont d’Adonaï-Yéraé.” » (Genèse 22, 14).

 

וַיִּקְרָא אַבְרָהָם שֵׁם הַמָּקוֹם הַהוּא ה’ יִרְאֶה אֲשֶׁר יֵאָמֵר הַיּוֹם בְּהַר ה’ יֵרָאֶה.

בראשית כב, יד

 

Selon les commentateurs, le premier verbe « voir » dans ce verset, yir-é, signifie : il pourvoira, « pour-voir », au sens de veiller, se préoccuper ; le second « voir » est au passif : yéraé, qui a le sens d’apparaître : il sera vu.

Le Midrach Rabba raconte que Dieu décida d’accoler les deux noms : celui donné par Melchisédec : Chalem, et celui donné par Abraham : Yir-é. C’est ainsi que le nom de Jérusalem en vient à signifier en hébreu : c’est là que l’Éternel sera vu dans la paix, mais on peut aussi comprendre : yéraé chalom : c’est là que la paix apparaîtra.

Qu’on me permette d’ajouter : Amen.

 

Les mots de la minute d’hébreu

 

Jérusalem Yérouchalayim ירושלים
Roi mélekh מֶלֶךְ
Voir lir-ot לראות
Ils verront yir-ou יראו
Il verra yir-é יראה
Complet, entier, serein chalem שלם
Paix chalom שלום
Être lihyot להיות
Midrach Rabba (un des principaux recueils de midrachim) Midrach Rabba מדרש רבה

Crédit Photo : Noam Hen – Israel Ministry of Tourism – info.goisrael.com